« En Sibérie, dans les glens écossais, les criques de l’Égée ou les montagnes de Géorgie, les héros de ces quinze nouvelles ne devraient jamais oublier que les lois du destin et les forces de la nature sont plus puissantes que les désirs et les espérances. Rien ne sert à l’homme de trop s’agiter dans la toile de l’existence, car la vie, même quand elle ne commence pas très bien, finit toujours mal. Et puis une mauvaise chute vaut mieux qu’une fin insignifiante. »

Sylvain tesson

Empruntons à Sylvain Tesson quelques mots de son ouvrage « Une vie à coucher dehors » ouvrage qui valut à l’auteur le Goncourt de la nouvelle. Depuis Tesson a emprunté d’autres routes, s’est essayé à d’autres parois avec toujours ce verbe si juste. Peut-être est-ils de ceux qui parlent le mieux de l’outdoor, terme générique que l’on peut aimer ou détester, et qui n’est que l’anti-chambre ou le résumé, du voyage.

Il nous a semblé que le goût d’absolu de cet auteur allait bien avec ce magnifique film qui lui aussi, à sa manière, résume et invite…