Le surf fait partie des fondamentaux de la glisse. Comme me disait Hervé Bourré, vieille connaissance,  kitesurfer professionnel et créateur avisé de la marque HB Surfkite, « on a tous rêvé d’être un surfer ». C’était à propos d’un discussion sur la tendance « strapless » en kite, qui consiste à utiliser une planche de surf sans straps en lieu et place d’un twin-tip, cette planche complètement symétrique et elle, équipées de straps pour pouvoir en toute situation la garder aux pieds et avoir de meilleurs appuis. Je précise pour les non-initiés, codezero a vocation à être pointu mais pas forcément à exclure les newcomers. Le strapless donc, une sorte de retour vers l’essentiel, un beau mariage du kite et du surf, soit-dit en passant.

Mais revenons à nos moutons. Le surf et tout ce que l’on pourrait assimiler à une nouvelle « contre culture » du surf, une façon de voir et de vivre ce corps à corps avec les vagues qui n’est pas celle de l’ASP et de l’industrie mais de tous ces personnages qui réinventent l’art de surfer et l’art de vivre liée au surf, tout en restant fidèle à un état d’esprit initial.

Bref, voici la curieuse mais rafraichissante histoire que celle de Luca Bressan (que les voileux sont priés de ne pas confondre avec Luca Brenta), designer né dans les Dolomites, qui se prend de passion pour le surf et qui décide un jour de lier son héritage culturel de « gars des montagnes » avec sa volonté de fabriquer des planches « propres ».

Elles seront donc en bois et c’est ce que raconte ce film réalisé par les gars de Block 10, à l’origine de Onde Nostra dont on a déjà parlé ici. Le film a pu voir la jour grâce à l’appui de la marque de fringue italienne SUN68

Capture d’écran 2014-04-29 à 17.31.59