Tony Hawk est considéré comme le meilleur skateur de tous les temps. Voilà pour la formule toute faite, bien évidemment il y a eu d’autres figures emblématiques incontournables mais là n’est pas le sujet.

Hawk vient d’avoir 50 ans et sort pour l’occasion une vidéo sur ses meilleurs tricks (figures). 50 tricks pour 50 années symboliques. Tout comme Robby Naish en windsurf ou Kelly Slater en surf, Hawk a personnifié son sport à la fois par son talent et par sa capacité à durer, à continuer à incarner quelque chose de plus.

Même si ces trois personnalités ont été des purs compétiteurs, ils ont dépassé ce simple statut parce que leurs sports respectifs étaient autant des cultures que des disciplines sportives.

Où voulons nous en venir ?

  • L’un des grands acquis des nouvelles pratiques sportives qui se sont développées en parallèle des univers sportifs traditionnels est d’avoir permis à leur « champions » mais aussi à leurs pratiquants d’exister après trente ans. Le sport compétitif était jusqu’à alors réservé à de jeunes talents. Il était admis qu’une carrière sportive était courte et que les générations se succédaient. Ce qui était vrai pour la compétition devenait « normal » dans, la société. C’est toujours d’actualité dans certains cas. On ne fait pas de vieux os en athlétisme, en cyclisme, en tennis, en rugby et dans beaucoup d’autres disciplines.
  • L’âge est moins un tabou en sport aujourd’hui, y compris en triathlon par exemple, et chacun, quelque soit son âge est en droit d’aller se challenger en free session comme en compétition. Les nouvelles tendances sportives apparues dans les années 70/80 ont changé la perception de l’âge. C’est positif d’autant que le sport est aujourd’hui lié à la santé et au bien être. Seules la plupart des fédérations persistent à vous ranger dans la case vétéran ou sénior à partir de 30/35 ans, preuve qu’elles n’ont pas saisi tous les enjeux d’une catégorisation en phase avec son époque.