Comme son nom l’indique, le surf des neiges est né de l’idée de pouvoir littéralement « surfer » les montagnes. Au début, la seule hypothèse d’en faire en dehors des gros jours de poudreuses était incongrue.

Dans un premier temps, toutes sortes de manières de faire du snowboard se sont développées, le matériel et la pratique ont rapidement évolué. C’était une grosse séquence créative. Il y a eu le freeride avec les planches longues, les queues d’hirondelles, l’alpin et ses boards étroites, taillées, les chaussures rigides, les fixations à 55° devant.., le boardercross … etc… on résume vraiment.

A un moment donné, le freestyle est devenu le « format » dominant, balayant littéralement tous les autres. C’est une aparté et notre analyse, mais d’une certaine manière même le step-in à la fin des 90’s n’a pas résisté à cette lame de fond. Il y a d’autres facteurs, notamment les problèmes de fiabilité et de compatibilité mais il y avait suffisamment de solutions techniques viables sur le marché pour que ce système de fixation qui répondait aux besoins d’un public plus large et résolvait l’un des  « inconfort » notable du snowboard, le chaussage, devienne pérenne. Que les chaussures rigides disparaissent, à la rigueur, mais…. revenons à nos moutons.

L’une des victimes collatérales du freestyle a été une certaine vision du freeride au sens étymologique du terme. Rider libre et échapper à tout format. Le snowboard sur la piste et le fameux Vitelli turn, ce virage couché que tout les snowboarders ou presque rêvaient de réaliser a disparu. On se rappelle pourtant, notamment, les vidéos Burton et/ou Oxbow avec Jean Nerva et Peter Bauer, les séquences avec l’inventeur évidemment, Serge Vitelli. Le carving, cette façon d’enchainer les virages coupés sur une piste le plus souvent damée a disparu des pratiques mises en avant dans les médias spécialisés et les vidéos. Pour tout dire, le carving et tout ce qui apparentait, est devenu has been. Le sujet mériterait un post transversal complet mais c’est tout le problème du poids du « format » dominant dans le sports de glisse, cette tendance qu’on a pu observer dans le surf, le windsurf ou le kitesurf et qui fait qu’une discipline devient la référence absolue, jusqu’à « régir » ou à minima résumer le sport en lui-même et ce qu’il doit être, qui standardise la manière dont on « doit » le pratiquer et qui au final engendre une forme de limitation qui exclue nombre de passionnés. On fera juste remarquer que beaucoup de snowboarders sont retournés vers le ski et qu’en termes de marché le snowboard n’est plus que l’ombre de lui-même. Le freestyle n’était peut-être pas si universel que ce que ses promoteurs ont bien voulu nous faire croire.

Le carving et le Vitelli turn reviennent à la mode. Au delà de cette façon de faire des virages que la marque Korua remet en tête de gondole, plusieurs vidéos tournées sur la piste mais pas en snowpark ont fait le buzz en ce début d’hiver. C’est nouveau, assez marginal bien sûr mais notable.