Pourquoi les institutions sportives laissent-elles les marques faire le job ?

27 Juil. 2022 | Analyses VISION, Culture sportive

Du dernier clip Nike, nombreux sont ceux qui n’ont retenu que l’immense polémique qui a retenti aux États-Unis. La nouvelle figure de la marque est en effet le footballeur Colin Kaepernick qui, lors d’un match de la NFL, pendant l’hymne national, avait mis un genou à terre pour protester contre les violences policières envers les noirs. Évidemment, notamment en France, on a accusé la marque de récupération de faire de la politique pour « vendre » plus de basket. On adore ici voir le mal absolu dans le « commerce », diaboliser les grandes marques qui, certes, ne sont pas exemptes de reproches. Mais aujourd’hui l’idée n’est pas de débattre de la mondialisation ni de dénier aux marques le droit à prise de parole sociétale.

CET ARTICLE EST UNE ANALYSE VISION



LES ANALYSES VISION SONT DÉDIÉES AUX ACTEURS ÉCONOMIQUES QUI SOUHAITENT ÊTRE INSPIRÉS ET ACCOMPAGNÉS PAR L’AGENCE DANS LEURS PROJETS D’INNOVATION.

Restez inspiré !

Recevez nos analyses gratuitement tous les 15 jours. 

Merci ! Votre inscription a bien été prise en compte.

Share This