Pourquoi Guillaume Néry est le seul à réactiver la magie du Grand Bleu

18 Déc. 2014 | Agence

Avec Narcose, également magnifiquement filmé par Julie Gautier, Guillaume Néry avait déjà introduit une dimension onirique dans la plongée.

Depuis le Grand Bleu, les apnéïstes talentueux se succèdent sur nos écrans. On apprend à les connaître, ce sont souvent des personnages auxquels on s’attache, mais, depuis 20 ans, nous est toujours proposé la même image, celle d’un corps qui descend le long d’un câble pour se perdre dans les profondeurs. Au bout du compte, l’idée des limites humaines repoussées, la quête personnelle qui aboutit mais malheureusement dans certains cas l’issue fatale.

La discipline reste fascinante, on ressent de l’admiration pour ces garçons et ces filles qu’on devine habités par quelque chose qui nous dépasse un peu, la dimension n’est pas seulement sportive, on le perçoit, elle est existentielle, intime, mais personne n’avait à mon sens apporté un regard nouveau à ce monde interdit et insondable.

Avec Ocean Gravity, Néry et Gautier font un parallèle qui sonne juste, propose une fois encore des images qui vont très au-delà de tout ce qui a été fait auparavant. Y compris par le film le Grand Bleu d’ailleurs. Néry ne se contente pas de descendre, il montre, il emmène, il éloigne sa pratique du câble, y ré-injecte la dimension intellectuelle presque philosophique que finalement, elle n’aurait jamais du perdre. Il nous invite à nous interroger, nous interpelle. En prenant aussi ses distances avec le record, il met l’idée de la mort entre parenthèse. A vrai dire, la puissance de cette séquence est complètement folle. Les champions sont rares, ceux qui en savent faire un récit si fort le sont encore plus. Guillaume Néry et Julie Gautier sont à ce titre “précieux”

Codezero n’a pas initialement vocation a parler de plongée mais d’une part, notre univers est très lié à la mer, d’autre part, c’est bien ceux qui savent apporter une nouvelle vision de leur milieu initial qui nous intéressent. Il y a de l’esthétique dans ce film, de l’expression corporelle et une idée forte qui dépasse le simple geste d’aller sous l’eau.

  À lire sur Codezero 

Everest, parabole du sport de demain. Il nous prédit la saturation

Everest, parabole du sport de demain. Il nous prédit la saturation

Everest, ressaut Hilary, dernière difficulté avant le sommet. Nous sommes ici à plus de huit mille mètres, dans une zone considérée comme potentiellement mortelle. Le vent, le froid, le rocher, la pente, la neige et le manque d’oxygène, tout est défavorable à...

Sex testing

Sex testing

Jusqu'à présent, le sport a toujours été un monde d'hommes, pensé pour les hommes et structuré autour des valeurs masculines. Depuis Katrine Switzer, et l'épisode du marathon de Boston en 1967, les choses ont changé, mais finalement si peu. Les stéréotypes sont...

Explorez le sport de demain!

Abonnez-vous aux analyses VISION

  Les incontournables

Share This