Nous abordons souvent ce sujet, si la culture du vélo en France est très marquée par le « cyclisme » façon Tour de France, qui représentent toujours un quantité impressionnante de pratiquants et de passionnés, de nombreuses autres formes de pratiquent se développent et proposent une autre « lecture » du vélo.

La descente, le freeride, le freestyle et autres tendances urbaines, le slopestyle, le BMX sont des disciplines alternatives dans leur état d’esprit – si on prend comme référence le cyclisme traditionnel – proche de la philosophie de la glisse, et ce même si la compétition n’y est pas absente.

Ces pratiques, très peu visibles en France dans les grands médias, rencontrent pourtant un succès mondial, elles sont en expansion, ce sont souvent des mouvances très créatives. On y trouve des grands événements, en ville comme en montagne, souvent fédérateurs, des lieux de pratiques qui font référence (la montagne commence à prendre en compte de la dimension touristique ce cet aspect du problème), enfin tout cet univers intéresse une frange de pratiquants très jeunes et possède des points communs avec comme nous le disions en introduction les sphères du skate, du surf et du snowboard. Certaines grandes marques l’ont bien compris.

Fidèle à sa stratégie événementielle, toujours à la pointe en termes de production de contenus, Red Bull est très impliquée dans ces nouvelles tendances (Redbull Rampage depuis 2003 par exemple) et propose cette année un résumé vidéo mais également photographique de l’année 2015.

A lire également :

Comment et pourquoi la glisse influence l’univers du vélo

Les 10 meilleurs posts de Code Zero sur les nouvelles tendances

Le cyclisme n’est pas l’alpha et l’omega du vélo

Moncler. La mode mise sur le VTT freeride

Le cyclotourisme a beaucoup changé….

VTT, territoires et tourisme. Le Jura fait rêver les anglo-saxons