Il y a deux raisons essentielles à nos yeux de regarder cette longue vidéo.

  • Oublier la ou les frontières que l’on dessine artificiellement entre le sport, l’aventure et ce que l’on pourrait appeler la réalisation de soi.
  • Ensuite, cette idée de transmission non seulement de valeurs mais nous serions tentés de dire, de ligne de vie. La fonction de parents finalement étant de proposer des perspectives.

Le plus inspirant dans ce film et cette aventure est ce que confie le narrateur au début. Cette aventure a nourri son imaginaire d’enfant, a modelé la vision qu’il a eu de ses propres parents et a contribué à construire son identité familiale. Nous en sommes persuadés, intimement, la vision du sport qui domine encore en France, construite sur une doctrine écrite dans les années 60 est limitative. Nous avons besoin en parallèle d’écrire et d’enseigner une philosophie et un récit sportif qui offre une autre registre. Il est question ici de nature, d’aventure, de découverte, de partage.

« In 1974, my 20-year-old parents and uncle Andy built their own canoes, launched them into the Pacific, and became some the first people in modern history to canoe from Washington to Alaska up the Inside Passage. My brother and I grew up paddling those wooden canoes in the Virginia rivers and the 1974 adventure became legend in our family – shaping who we’ve become, how we view our parents, and how our parents view themselves. In the summer of 2017, we renovated those canoes and with our aging parents completed their 1974 journey. The Passage is a story about growing up, growing old, and the wild places that define us. »