Les nouveaux scénarios sportifs

4 Jan, 2023

YouTube video

À l’heure où l’on déplore les effets néfastes des écrans et de la sédentarité, on constate aussi que le sport s’est invité partout. Il n’est plus depuis longtemps l’apanage des aristocrates anglais, il est aussi sorti des stades depuis des décades.

Virage culturel

Des pionniers comme Yvon Chouinard et autres esprits libres, comme les californiens à l’origine du mountain bike, en ont fait un jeu voire une aventure plutôt qu’une discipline, et aujourd’hui nous avons tous les choix entre une multitude d’expériences sportives différentes qui peuvent tout aussi bien se dérouler dans notre salon avec ou sans notre smartphone, dans la salle de sport du quartier, ou à l’autre bout du monde. Ces séquences sportives, peuvent être compétitives ou non, connectées ou furtives, ne concerner que vous, ou être partagées avec des amis ou une équipe. Leur objectif est parfois radicalement différent.

Le sport ne cesse depuis le début des années 70 de se métamorphoser, de se multiplier, seul le discours des institutions, fait d’injonctions d’une autre époque, semble figé dans le marbre dont on fait habituellement les tombes. Oscillant entre finalité compétitive qui ne parle plus qu’à une élite, et discours moralisant sur la santé.

Plaisir et liberté

Le mondialement réputé photographe Chris Burkard, qui totalise presque 4 millions de followers sur Instagram, a traversé l’Islande en vélo avec un groupe d’amis. Ce film est le récit de ce voyage. Le vélo tout terrain, comme le surf, le snowboard ou la grimpe n’était pas identifié comme un sport quand il est apparu, mais comme une sorte « d’amusement ». Comprenez, ce n’était pas une « discipline sérieuse ». Pour avoir revu l’excellent documentaire « Free to run » très récemment, le « running » a été lui aussi rejeté par les institutions. A une époque récente (les années 70), il relate aussi le combat des femmes pour le simple droit à participer à un marathon. Les mots des premiers runners sont pourtant assez proches que ceux que prononcent aujourd’hui les passionnés de VTT ou les surfeurs : il était déjà question de plaisir, de liberté.

Évolution des imaginaires

Où voulons-nous en venir ? La place du sport, la nature même du sport, les raisons pour lesquelles nous nous mettons en mouvement ont profondément changé entre 1970 et aujourd’hui et cette métamorphose va se poursuivre. Le sport est aujourd’hui une raison de voyager, le sport n’est plus forcément synonyme de performance, le sport s’est invité dans le transport au travers du commuting ou du bike packing, l’alpinisme est désormais inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO, les nouvelles générations réinventent sur Instagram la gymnastique au travers de la callisthénie, les femmes font du crossfit, les hommes se mettent au yoga, et toutes ces nouvelles pratiques s’ajoutent aux disciplines traditionnelles qu’il faut continuer à soutenir.

Sources de motivation

Un groupe de scientifiques a récemment publié une très intéressante tribune dans laquelle sont expliquées les sources de motivations pour une pratique durable. Dont le plaisir. Par ailleurs, le World Economic Forum a souligné l’importance d’un certain niveau de pratique pour espérer des résultats positifs sur la santé. Le plaisir et l’effort ne sont pas incompatibles mais il est difficile dans la société d’aujourd’hui de ne s’appuyer que sur le supposé goût du second.

Sur le même thème

Restez inspiré !

Recevez nos analyses gratuitement tous les 15 jours. 

Merci ! Votre inscription a bien été prise en compte.

Share This