Archives Code Zero. Ce billet rédigé mi-2013 – le blog et l’idée du think tank ayant pris vraiment forme début 2014 – est à l’origine de notre travail. Il traite d’un de nos premiers thèmes de réflexion. Il est y question de culture, de changement de comportement, de glisse et de prospective. Notre idée étant d’apporter une nouvelle lecture de la réalité. Aujourd’hui alors que vous êtes de plus en plus nombreux à prendre très au sérieux notre démarche, et parce que nous sommes interrogés sur ce thème, nous le remettons en UNE comme on dit dans les journaux en papier.  Ce sujet est aussi représentatif de notre approche : une conviction issue notre expérience, notre ressenti, un vrai travail de recherche, en profondeur, la volonté de trouver des indices qui étayent notre propos autant que découvrir de la matière propre à le réfuter. Initialement « Les nouveaux gens de mer » était une idée de suite de portraits courts pour une radio (à forte connotation culturelle).

Les temps changent Le rapport à la mer à évolué. Le surf, le stand up paddle, la pirogue hawaïenne ou la planche à voile, sont issus d’une vraie culture de l’océan.

De la même manière qu’ont existé des lignes de rupture dans l’histoire de la musique avec la naissance du jazz, du blues, et du rock, il se joue aujourd’hui une nouvelle partition sur l’eau. Des hommes et des femmes expérimentent un nouveau rapport à la mer au travers du surf, de la pirogue, du stand up Paddle, du windsurf ou du kitesurf. Ces pratiques liées à l’océan et considérées hier au mieux comme alternatives, au pire comme superficielles sont devenues des réalités partagées à travers le monde. Les mêmes inventent d’autres façons d’aimer la voile. On peut, aujourd’hui, aborder et considérer les sports de glisse non plus sous l’aspect novateur et spectaculaire, mais sur l’angle identitaire, culturel et même philosophique.