Le vélo change peu à peu de costume

29 Juin. 2020 | Culture sportive, Les incontournables, Vélo

  • Ce clip est un des éléments du plan de communication de la marque Specialized pour son nouveau modèle, le Diverge.
  • Specialized est un marque américaine d’envergure mondiale, un des leaders du marché du vélo.
  • Ce modèle n’est ni  un vélo de route, ni un vtt, ce n’est pas non plus un vélo électrique. C’est un gravel.
  • Un gravel est un vélo hybride, une sorte de « bicyclette » de route capable de prendre des chemins.
  • Ce qui est mis en scène n’est pas du registre du sport, ni du loisir, pas plus que de la mobilité.
  • Ce clip est conçu avec les codes d’une série TV.
  • L’inconnu s’appelle Peter Sagan. C’est un des cyclistes professionnels les plus connus.

L’univers du vélo est en pleine mutation. En particulier le vélo « de route » qu’on appelait parfois le vélo « de course ». Longtemps,  surtout ici en France, sous l’influence culturelle du Tour de France, il se libère aujourd’hui pour proposer une image moins axée sur la compétition, l’effort, les kilomètres, la montée.

On observe un subtil glissement des valeurs. Le matériel évolue, les manières de pratiquer changent, et au final la culture sportive se décale, c’est ce que montre ce clip. Le spectre de pratiquants s’élargit, on peut leur parler autrement. N’oublions pas non plus que le vélo devient un enjeu de mobilité, un « engin » que beaucoup découvrent ou redécouvrent via le vélo électrique, le vélo en ville notamment. Le vélo est dans tous les médias depuis des mois.

 

Le gravel est une autre « proposition ». L’innovation technologique n’est rien sans synchronisation avec les imaginaires. Dans le cas du gravel, elle est même minime, mais elle permet de projeter le vélo dans une nouvelle dimension qui n’est ni le VTT, ni la route, ni le cyclo cross. 

  À lire sur Codezero 

Explorez le sport de demain!

Abonnez-vous aux analyses VISION

  Les incontournables

Le sport et nos identités multiples
Le sport et nos identités multiples

La relation entre les pratiquants et le sport s’est inversée. Avant, on choisissait, on « embrassait » et on s’adaptait à une « discipline » unique, aujourd’hui, on passe d’une pratique à une autre en fonction d’une « intention » qui peut varier d’un jour à l’autre,...

Share This