Les progrès techniques qui ont rendu la réalisation vidéo beaucoup plus accessible qu’avant, tant au niveau de la captation des images que de la diffusion, ont permis de libérer la parole. Aujourd’hui, nous parviennent du monde entier, des histoires, de belles histoires.

Nombreux sont ceux qui se saisissent de leur passion pour changer le monde. A leur échelle et à leur manière ;  comme ce windsurfer allemand qui ramène du matériel de windsurf au Brésil, comme Easkey Britton qui introduit le surf en Iran, comme Oliver Percovich qui amène les filles afghanes à l’école par le biais du skate. On peut citer également Michael Brooke qui réunit palestiniens et israéliens autour du longskate, je reparlerai aussi de l’association Surfer pour la paix.

C’est Kevin Langeree que j’ai croisé au Défi Kite, le week-end dernier qui a partagé ce très beau court-métrage (ci-dessus) sur sa page FB. Kevin est hollandais mais il va souvent en Afrique du sud. Nous n’avons pas parlé de ce sujet précis mais je suppose qu’il y est sensible puisqu’il partage. En suivant les liens partant de la page O’NEiull qui supporte de projet, j’ai vu ce film est lié à la cause « Surfers not street chlidren ». 

Pedant ce temps là, Michel Platini invite les brésiliens à ne pas faire de vague avant la coupe du monde…