Le phénomène n’a rien de nouveau mais il est parfaitement illustré ici. Markus Eder imagine et construit un parcours sur lequel il va effectué une « performance » à la fois au sens sportif et au sens « spectacle » du terme.

Grâce à une caméra embarquée, (la vidéo uniquement en embarquée est visible ici) il nous permet de nous projeter, de littéralement « habiter » son corps. Le sujet faisait d’ailleurs partie des discussions que nous avions la semaine dernière avec Ludovic Falaix lors de notre passage à l’Université Clermont-Auvergne devant les étudiants de management du sport.

Le phénomène « GoPro » est installé depuis des années, il a réellement transformé les représentations sportives en permettant notamment la mise en scène des pratiques alternatives. La mini caméra a été et est toujours un outil puissant dont les nouvelles générations de sportifs se sont emparées pour développer d’autres imaginaires, donner à voir des pratiques différentes, partager. Le jeu, le geste « gratuit » c’est à dire produit pour le plaisir. Aujourd’hui, un skieur, un pilote de VTT, un surfer peut avoir une existence sportive qui passe avant tout par des visuels auto-produits, même si souvent, les fondations de leur crédibilité s’appuie sur des résultats sportifs antérieurs. L’exemple type est évidemment Candide Thovex dont chaque séquence est  vue des millions de fois et que les grandes marques (Audi dans son cas) exploitent pour leur notoriété.

On remarquera que le sport embarqué reste l’apanage, et une sorte de ligne de démarcation,  entre les pratiques « libres » et le sport traditionnel qui n’a pas cherché a évoluer dans cette direction.