Brossons a gros traits l’idée du jour :

  • On voit dans les médias aujourd’hui à peu près toutes les formes de pratiques sportives. C’est bien
  • Cependant les grands médias – dans le sens les plus visibles, comme TF1 ou l’Equipe – nous donnent à voir majoritairement une certaine conception de la pratique sportive. Traditionnelle, compétitive, limitative. Il en est ainsi des Jeux Olympiques, de la Coupe du Monde, des championnats etc, etc… la liste est longue. Le très caricatural et très critiqué service des sports de la télévision publique nous bassinent ainsi, excusez-nous l’expression,  depuis des décades avec une vision du sport à sens unique

En ce sens, les médias de masse influencent davantage pour ne pas dire « formatent » la vision du sport du plus grand nombre.

Par ailleurs, le système français (clubs/fédérations) très bien organisé et disséminé sur le territoire, c’est sa grande qualité car il donne accès au sport le plus souvent à un tarif modique, dirige lui aussi vers une pratique donnée. Traditionnelle, formatée, compétitive. Bref, les nouvelles formes d’expression sportive n’y sont par nature pas représentées. Ce n’est pas forcément un problème puisque nous l’avons twitté récemment, le sport se rénove très bien tout seul (en réaction au mouvement #renovonslesport), évolue, se métamorphose même, mais en dehors des structures et des institutions. Malheureusement, il nous semble qu’elles devraient davantage en prendre conscience ce qui ne semble pas le cas.

Venons-en à cette vidéo et aux nouvelles pratiques sportives car c’est bien de ça dont il s’agit. Le sport n’est plus uniquement ce que l’état décrète. Il est en mouvement, bien avant et bien loin de #Paris2024. Nous pensons même qu’une profonde métamorphose comparable à ce qui s’est passé dans les années 70 est en cours. Ce n’est pas du numérique dont il s’agit car si cet aspect des choses sera déterminant à l’avenir, réduire le sport au numérique est une erreur de fond.

Le sport d’aujourd’hui, c’est le freerunning, le trail ou l’ultra trail, le surf, la grimpe, le fitness, le yoga 2.0, le crossfit, le BMX, le VTT Freeride, et tant d’autres mouvances. Il y a d’autres envies que d’être en haut du classement, d’autres désirs sportifs, d’autres formes de communautés qui s’inventent. L’équilibre, le mouvement avec Ido Portal, l’exercice de soi avec Felix Price, la sensation, corps, nous en parlons souvent. Le sport peut aller tellement plus loin que le « résultat ». Il est aujourd’hui sous l’influence de la danse, à minima de l’expression corporelle, de l’art, du mixage. Les marques comme Reebok, Under Armour, Adidas, Salomon ou d’autres l’anticipent, produisent des clips inspirants, qui prennent en compte les évolutions culturelles et sociétales. Enfin, les femmes arrivent, et elles vont peser sur les nouvelles perspectives.

On peut espérer que l’unique avenir du sport féminin ne soit pas de singer le sport masculin – et ses diktats parfois assommants –  pas uniquement en tout cas – sauf à penser qu’aucune différence n’existe entre chromosome XX et XY. En fait, il doit y avoir « le sport » et à chacun et chacune, d’aller dans la direction qu’il souhaite.

When I go online, it seems everyone does longboarding thanks to the suggested publications. The whole world skates, and, heck, does it well. As inspiring as it is, it can also be overwhelming and discouraging because we, humans, tend to compare ourselves to others.

It is so easy to fall into an illusion that you are not enough, that what you do isn´t enough either and everyone does it better than you, whether it is skating, dancing, writing, photography, anything. It is challenging not to fall into a trap of constantly looking at her or him and belittling the progress you´ve done just because you are not as good.

By no means am I a great longboarder nor will I ever become a pro, but step by step I force myself to recognize my own progress and skill and grant myself credit for that and permission to appreciate what I do and what I become, regardless of what others do or think about it.

We need to learn to praise and treat ourselves like we would do it with a dear friend. We need to give ourselves the chance to grow at OUR own pace towards OUR own goals. Doesn´t matter if someone has reached this level in 6 months while it´s been taking you a year. Doesn´t matter if you actually never reach it at all.

Just do your thing, have fun, do it the fucking way you can and want. Share your knowledge and skill with people who don´t have it and learn from people who do.

Give yourself time and forgive yourself when you cannot meet your own expectations.
CELEBRATE the opportunity to learn and the joy it brings.Observe YOUR progress without contrasting it against others

Do your thing.

Valeria Gogunskaya

(JUST) DO YOUR THING