Rappelez-vous, c’était il y a deux ans. Kaï Lenny lévitait au-dessus de la houle au large de Mauï juché sur une planche de stand up paddle équipée d’un foil. Ce faisant, il démontrait – bien après notre french waterman Bruno André – que le foil n’était systématiquement synonyme de vitesse et de performance mais pouvait s’accommoder de lenteur. Ce qui semblait dès le départ un exercice réservé à une élite s’avère aujourd’hui plus accessible qu’il n’y paraissait au départ. Après Kaï Lenny, beaucoup se sont engouffrés dans cette brèche. On a vu depuis des riders s’y essayer en rivière, dans les Gorges de l’Orégon, on retient aussi la course de Finn Spencer, 13 ans, lors de la Bluesmiths Paddle Imua Race l’année passée.

Aujourd’hui nous arrivent d’autres vidéos d’inconnus (ou de gens inconnus ici mais talentueux comme dans le cas présent Jérémy Riggs …) surfant la houle du large sur la côte nord de cette île décidément bénie de dieux.

Que penser de cette séquence un peu irréelle ?

  • planer au-dessus de la houle, la suivre, l’expérience doit être fabuleuse
  • la pratique n’est sans doute pas aisée mais pas extrême non plus
  • c’était inimaginable il y a seulement trois ans
  • Ce n’est pas un exercice de vitesse
  • le stand up paddle rejoint là sa nature de surf à rame,
  • l’addition de la pagaie et du foil en font un engin dont on commence à peine à deviner les possibilités,
  • cet engin emmènera vraisemblablement le surf dans de nouvelles directions
  • que le SUP prend une place beaucoup plus importante que celle que l’on pouvait imaginer au départ, entre la démocratisation du gonflable, la Race, le surf à rame et ce genre de développement.