Que peut apprendre le Tour de France de la Transcontinental Race ?

4 Jan. 2021 | Prospective, Vélo

 

Le parallèle n’est pas à chercher du côté de la géographie, mais il est question de vélo et d’un long périple. De ceux dont on fait les épopées…

 

Là, réside un solide point commun entre la Transcontinentale Race et le Tour de France. D’ailleurs, les images de la Transcontinental ont la puissance mais aussi la fraîcheur et la simplicité des vieilles photos du Tour. De plus la Trans’ ne cache pas cette ambition de faire revivre l’âge d’or du cyclisme.

On pourrait considérer que le Tour, totem absolu du sport français, à la fois affaire de spécialistes, et objet populaire par excellence, ne doive souffrir d’aucune critique tant son succès est écrasant, immuable. On peut tout de même lui accorder quelques défauts, dont une débauche de moyen qui lui a valu d’être pointé du doigt dans un passé récent. Effectivement, ce point fait réfléchir si l’on veut rendre l’événement en phase avec un monde de demain, que l’on voudrait plus raisonnable. Le vélo est une épure, les coureurs sont ascétiques, mais la caravane est obèse.

Il est évidemment osé de comparer deux formats, deux courses si différentes, mais il est difficile à nos yeux, de ne pas le faire dans un cadre prospectif.

 

D’un côté, une course d’équipes professionnelles, de très gros moyens, une infrastructure énorme particulièrement sensible à la problématique sanitaire, qui n’a sans doute dû son édition 2020 qu’à son poids économique et son écho populaire, de l’autre, un modèle léger, agile, des individus en autonomie complète, des moyens dérisoires, peu d’impact carbone, des hommes et des femmes, un schéma souple adapté à l’avenir. Coté imaginaire et récit, la seconde n’est pas en reste.

 

Des deux côtés, cependant, la route, l’effort, la passion du vélo. Matière à réflexion pour l’avenir…

  À lire sur Codezero 

Sex testing

Sex testing

Jusqu'à présent, le sport a toujours été un monde d'hommes, pensé pour les hommes et structuré autour des valeurs masculines. Depuis Katrine Switzer, et l'épisode du marathon de Boston en 1967, les choses ont changé, mais finalement si peu. Les stéréotypes sont...

Quelle culture maritime voulons-nous pour demain ?

Quelle culture maritime voulons-nous pour demain ?

La houle énorme, puissante, envoûtante comme une pulsation de la planète. Le large, l’immensité du large, l’imaginaire du large. Sur l’eau, non pas des Imoca ou des bateaux de la Cup, mais des pirogues. C’est une course, l’Olamo Race, mais la réflexion qui suit vaut...

Explorez le sport de demain!

Abonnez-vous aux analyses VISION

  Les incontournables

Share This