RE-diffusion codezero. Post initialement publié le 22 juin 2015.

Le concept #runsupyoga est signé Roxy, la marque « femme » du géant du surfwear Quikslilver, si souvent bien inspiré dans le passé (l’Eddie Aikau Invitational) et coupable de quelques errements marketing plus récemment (le teaser du Roxy Pro en France l’année passée).

Trois phases : de la course à pied, une distance à parcourir en #standuppaddle et enfin un cours de #yoga. Une particularité, #runsupyoga est réservé aux femmes. Le succès semble au rendez-vous.

On remarquera non sans plaisir que :

  • si cette triple épreuve ressemble au format du triathlon, elle est en l’exact opposé. Les participantes ne sont pas là pour chercher et ni invitée à « repousser » leurs limites, les distances sont courtes, elles sont surtout là pour passer un bon moment sportif.
  • On remplace le « dépassement » de soi, la douleur, par le plaisir, le classement par le partage
  • L’épreuve et ces femmes montrent ainsi que le sport peut dépasser son schéma initial, très masculin et très animal, la confrontation pour la victoire. La « domination » n’est donc pas un horizon indépassable.
  • Roxy importe en Europe une des composantes apparente du succès du SUP aux USA, la combinaison avec le yoga
  • En lançant un tour mondial avec des dates en Espagne, à Hawaii, en France (Marseille) , en Allemagne, en Australie et une nouvelle fois en France (Biarritz), Roxy donne une vraie ampleur au tour #runsupyoga

A lire aussi à propos de stand up paddle :

Si le slogan « Venez comme vous êtes » expliquait le succès du stand up paddle ? 

Stand up paddle : le succès d’un sport à sensations douces

Stand up paddle et tourisme sont faits pour s’entendre

Vous, l’océan et le stand up paddle. Du caviar pour le corps et l’esprit

Et si le stand up paddle était le « nautisme » de demain ?