Au revoir monsieur Poulidor

13 Nov. 2019 | Vélo

La grande force de Raymond Poulidor, icône du sport français, est d’avoir rendu le sport « sympathique ». Il fut plus qu’un grand champion parce que l’image de l’homme a dépassé celle du simple cycliste. Finalement il nous dit beaucoup sur notre rapport au sport. La victoire ne suffit pas ou dans son cas, l’inverse. Poulidor a su dépasser « le gain de cent parties… » Non, Poulidor n’était pas l’éternel second, mythe figé par les automatismes faciles du journalisme et une vision de la victoire qui exclue le reste. Pour être second, souvent, il faut être un très, très grand champion.

  À lire sur Codezero 

Le sport et le rapport à la puissance

Le sport et le rapport à la puissance

A un moment où les questionnements sur nos modes de vie et nos sociétés sont incessants, nous re-publions et complétons cette analyse sur un des valeurs cardinales du sport, la puissance.  Le physique donne quelques indications sur la puissance de l'individu. En...

Explorez le sport de demain!

Abonnez-vous aux analyses VISION

  Les incontournables

Le sport et nos identités multiples
Le sport et nos identités multiples

La relation entre les pratiquants et le sport s’est inversée. Avant, on choisissait, on « embrassait » et on s’adaptait à une « discipline » unique, aujourd’hui, on passe d’une pratique à une autre en fonction d’une « intention » qui peut varier d’un jour à l’autre,...

Share This