J’apprécie cette vidéo pour la place que l’océan y prend. Elle montre aussi, de façon extrême, certes, qu’on peut aller en mer, prendre le large au vrai sens du terme, qu’on peut expérimenter les éléments sur tout un tas d’embarcations différentes, y compris les plus « élémentaires ».

La culture de la voile est très forte en France et ma conviction est qu’elle a sans doute pesé sur le développement d’autres pratiques, en dominant l’offre, en imposant un modèle, d’autre part qu’il est probable que l’on soit à un tournant. A la fois pour des raisons d’accès, de prix mais aussi de changement de génération. Il est peu probable qu’il faille s’attendre à une nouvelle génération spontanée qui d’un seul coup se mettrait à la pirogue, ce n’est pas le sens de ce post, il faut rester raisonnable, mais il est possible que les valeurs de la voile, celles des Moitessier, Tabarly et autres rencontrent à l’avenir moins de succès, même si évidemment, il restera toujours des gens animés par ces exemples.

La pirogue à balancier est sans doute l’un des plus vieux moyens de transport sur l’eau de l’humanité. On  trouve sa trace sur tous les continents. Elle a évidemment une place toute particulière dans la culture polynésienne et elle est très pratiquée, notamment à Hawaii où les locaux vont sur l’eau de multiples façons. L’Olamo Race est une des courses de pirogue les plus réputées. Les compétiteurs doivent parcourir 100 miles en trois jours. Quelquefois dans des conditions très sélectives.