Re-diffusion codezero. Initialement publié le 10 octobre 2014.

Le succès de l’événement Wheels & Wave – même si on demeure dans un cercle restreint d’initiés – a mis en lumière une nouvelle scène créative. Liée au surf, aux nouvelles tendances de la moto, de la voiture mais aussi à la mode et aux arts visuels.

Effectivement, ce qui a réuni ces amoureux de surf et de moto va bien au delà de la seule passion du deux roues ou des vagues. On retrouve à mon avis certains sujets récurrents de ce blog, le rapport à la liberté, une démarche esthétique de fond, la relation aux objets, à la création, à l’art dans certains cas, ce qui explique qu’on trouve dans ces cercles des photographes, des peintres, des directeur artistiques, des graphistes, des journalistes, des stylistes, des designers  et tout un tas de profils atypiques. Dans le cas de Wheels & Wave, la moto tient une grande place, mais si une des rubriques de ce blog s’appelle « Contre-culture sur roues » c’est aussi parce que la voiture me semble aussi concernée. Lors du Wheels & Waves 2014 à Biarrtiz, on a pu remarquer la présence de Laurent Nivalle, directeur artistique pour le Citröen Design Center ce qui vous donne une idée du niveau de certains intervenants, au cas ou vous seriez tenté de limiter ce genre de meeting à une réunion de passionnés de cambouis bas de gamme. Il y a aux USA (mais aussi en Australie) une véritable culture de l’automobile et du hot-rod sans équivalent, sauf marginal ici en France, la législation, le rapport à l’automobile, l’initiative personnelle et le pouvoir d’achat moyen ayant été autant de paramètres limitatifs.

Capture d’écran 2014-10-09 à 17.16.04

Ce court-métrage raconte l’histoire de Matt Chojnacki, fils d’immigré polonais venu en Australie trouver une vie meilleure, devenu surfer et aujourd’hui à la tête d’une petite entreprise familiale de refit automobile. Le parallèle avec Tyler Hatzikian est flagrant. Une nouvelle fois, on retrouve le rapport à l’objet, au bel objet, le travail du métal pour la voiture, le travail des composites pour le surf. La créativité, la démarche intellectuelle et la travail manuel ne sont pas incompatibles loin s’en faut, c’est même le propos de « l’éloge du carburateur », je me répète mais je suis en train de le lire et cet essai sur le travail et la société est beaucoup plus riche et complet que ce que je pouvais initialement penser.

Encore une fois, on parle bien d’une culture globale.

email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *