Le pitch du film : L’histoire extraordinaire de quatre hommes ordinaires, prêts à tout pour l’amour du surf. This and Nothing Else, la nouvelle série de RedBull.com/Surfing suivra de près quatre surfeurs pas comme les autres, quatre hommes qui travaillent d’arrache-pied toute la semaine pour s’offrir quelques heures de plaisir sur leur planche le week-end.

Leur job leur permet de vivre (modestement) mais surtout de partir à la chasse des plus grosses vagues d’Europe. Le surf représente l’élément central de leur existence, et fera, quoi qu’il arrive, toujours partie intégrante de leur vie. Leur passion pour cette discipline fait partie d’eux et les a amenés à réaliser de grandes choses.

Le premier épisode de This and Nothing Else, disponible sur RedBull.com/Surfing ce mercredi 16 avril, sera dédié à Peter Conroy, pompier irlandais qui carbure à l’adrénaline, que ce soit dans son métier ou lorsqu’il affronte Mullaghmore et les lames les plus terribles des côtes de son pays.

Avant-goût de cette rencontre dans le teaser ci-dessus.

Je lisais ce matin sur invox.fr un sujet sur le content marketing qui prenait en exemple l’ensemble du travail réalisé par RedBull. Si l’article est assez proche de la réalité, il survole malgré tout un point essentiel qui se situe en amont.

RedBull est non seulement un créateur d’événements mais un créateur particulièrement inventif puisqu’il est capable de créer une épreuve de toute pièce en transformant le « format » initial d’une discipline donnée, souvent dans un sens dont les fans eux-mêmes n’aurait pas osé rêver, voire en faisant des choix décalés, osés et finalement payants. D’autre part ses capacités de production/réalisation médias sont énormes, avec un goût prononcé pour la haute qualité (notamment en vidéo) là au n’importe quel sponsor mégote sur la qualité.

Enfin, ils font un travail de média quasi-permanent sur la plupart des disciplines qu’ils couvrent, avec quasiment une démarche de magazine. Ils sont en phase avec les aspirations des passionnés, ce qui est très difficiles dans les sports alternatifs dont ils se sont fait une spécialité. Pour résumer, à mon sens, la réussite de RedBull va bien au delà qu’un content marketing bien ficelé. Il y a une réelle compréhension des sports dans lesquels la marque s’engage à long terme, et spécialement dans les sports de glisse ou alternatifs qui sont « marginaux » pour beaucoup d’autres grandes marques qui ne font (souvent) que s’y greffer pour des stricts raisons marketing court terme donc avec une adhésion finale moins importante.

Précision, je ne suis pas lobbyiste pour Red Bull, juste observateur attentif de leur travail depuis des années. Quand j’étais à Hawaii au milieu des années 90, des windsurfers comme Robby Naish ou Jason Polakow étaient déjà sponsorisés par Red Bull.