Vice Versa – Subaru Canada from Rupert Walker on Vimeo.

Ce clip a été tourné pour les besoins de Subaru Canada.

  • Subaru est une marque généraliste mais qui dispose d’une forte image sportive issue de son engagement passé en WRC
  • Brandon Semenuk est un des meilleurs pilotes de vtt freeride au monde. Il vient de gagner la Red Bull Rampage
  • Les pratiques descendantes en VTT sont très populaires au Canada, la Colombie Britannique est même considérée comme le centre du monde des passionnés de mountain bike

Ces trois paramètres permettent de comprendre pourquoi une marque comme Subaru, pour le canada, exploite l’image du freeride et de Semenuk. On se rappellera que BF Goodrich a fait appel à Cam Zink pour les USA. Mercedes s’était aussi octroyé les services du très regretté Kelly Mac Garry dont pour info, la séquence You Tube à la Rampage 2013 totalise aujourd’hui, trois ans après les faits plus de 32 millions de vues

Ce qui est étonnant dans ce clip, c’est la sportivité assumée. Elle est même le principale message du clip. Sur le vélo et en voiture.

Un tel clip ne serait probablement pas envisageable en France.

  • Même si nos compatriotes ont de l’admiration et de la sympathie pour Sébastien Loeb et Citroën, la conduite sportive n’a plus le vent en poupe, encore moins en forêt serait dénoncée, en tout cas très peu appréciée donc peu valorisante pour la marque de voiture. Les écologistes monteraient immédiatement au créneau.
  • De même, l’aménagement de la piste utilisée par le rider en vélo serait aussi sujette à caution. Les associations, collectifs et autres clubs local de VTT savent combien il est difficile de mettre en places ce type d’infrastructure, même très légères, même peu impactantes pour l’environnement, sauf à penser que l’humain ne doit plus aller en forêt.
  • Ne parlons pas des chasseurs promptes à défendre leur territoire qu’ils gèrent souvent comme s’il était leur propre propriété.

Que conclure :

  • Dans certains pays, les nouvelles disciplines du VTT sont valorisantes et valorisées, nous avons encore du chemin à faire en France mais la Mountain Bikers Foundation réalise un travail de terrain remarquable pour son acceptation.
  • Même si avoir accès au chemin de montagne pour y faire des travers en voiture n’est pas notre objectif, loin s’en faut, l’existence de ce clip souligne les différences d’appréciation et certaines de nos ambiguïtés culturelles, notamment à propos de l’écologie et du sport. Mais, attention, nous posons la question, ne tombons pas dans le discours bipolaire, spécialité française où il faudrait être soit le défenseur absolu de la forêt, soit un affreux personnage qui agit pour sa perdition.
  • Rappelons que le plan neige a considérablement bétonné les reliefs français, qu’encore aujourd’hui la nécessité de la mécanisation de la montagne ne fait aucun doute dans l’esprit des élus locaux tout comme le recours massif à l’enneigement artificiel. Des activités bien plus nocives que la pratique du VTT, dont on sait qu’il peut aussi avoir un rôle à jouer dans les nouvelles habitudes touristiques.
email
Tagged with →  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *