Le Guide du routard est une collection de guides touristiques française fondée en avril 1973 par Michel Duval et Philippe Gloaguen. A sa création, le Guide du routard s’inspire de l’esprit des « back packers’ guides » américains. Il s’adresse à ceux qui veulent voir le monde avec de petits budgets. La couverture des guides est ornée d’un marcheur dont le sac à dos est un globe terrestre. À l’origine baba-cool, le marcheur a un look seventies, un pantalon à pattes d’éléphant, des pataugas, des cheveux longs et pas de montre. Le routard est un peu un hippie, on le devine anti-conformiste, il veut voyager hors des sentiers battus, différemment, plus proche de la réalité. Plus de 40 ans et 40 millions d’exemplaires vendus plus tard, le succès est toujours au rendez-vous mais il faut ré-inventer l’anti-conformisme dans le voyage. Le guide du routard, victime de son succès dès le milieu des années 80, est devenu un parcours balisé.

C’est sans doute dans la perspective de faire un « vrai » voyage, de ne pas être de simples « touristes » que cette bande de joyeux gaillards a basé son périple dans les Andes sur le VTT. Le « vélo de montagne », l’origine du nom et l’ADN de la pratique est en effet « mountain bike » leur permet justement d’envisager autrement leur parcours, de sortir des sentiers battus au propre comme au figuré. Ce petit film possède un beau parfum d’aventure, de découverte et de rencontre. Toute ressemblance avec l’esprit du surf trip n’est pas fortuite. Vous noterez que le trip inclus un parenthèse sociale, le voyageur d’aujourd’hui, surfer ou passionné de gros vélos, essaye d’être utile et dans ce contexte, le vélo, quel qu’il soit, est un lien universel. C’est en ce sens que cette bande de potes s’inscrit dans la suite logique des routards. Ils veulent que leur voyage ait un sens, le luxe n’est pas leur priorité, ils souhaitent expérimenter quelque chose de fort, assouvir leur passion, en faire une excuse et un vecteur pour parcourir la planète. Il ne sont pas là pour « faire » les Andes, mais sans doute pour que les Andes laissent une trace profonde en eux…

Associer le voyage et le VTT est une pratique sans doute encore marginale, mais elle se développe c’est une certitude. Les passionnées de pleine nature et de grands espaces sont moins dans la contemplation que la génération précédente. De même, on voyage aujourd’hui de plus en plus dans un but précis et en y associant une pratique sportive (sur, kitesurf, trail, grimpe, outdoor en général, VTT). Ce film illustre parfaitement cette réalité et ce n’est pas le seul…

Si vous avez des doutes à propos des nouvelles tendances et de celle-ci en particulier, sachez pour l’anecdote que le Guide du Routard a été refusé au départ par dix neuf maisons d’éditions. Personne ne croyait à cette nouvelle tendance là…