Archives codezero. Billet initialement publié le 3 juin 2014. Magnifique vidéo. un plan fixe, une bande son qui distille un peu de distance et de poésie, quelques sous-titres pour comprendre, et pourquoi pas faire de même. C’est un downwind par vent fort au large de l’île de Mauï, hawaii.

Le stand up paddle n’est pas seulement, un nouvel « engin »pour aller sur l’eau, encore moins un « produit » marketing, c’est une nouvelle expérience de la mer, à la croisée du surf et de la pirogue. Si le SUP ne « proposait » rien, il ne rencontrerait pas son public.

Il y a beaucoup de façons d’envisager le stand up paddle ; la simple balade dans une baie. En méditerranée ou en Bretagne. On peut aussi le pratiquer sur des plans d’eau fermés, en rivière. J’ai récemment remonté un long segment du Gardon dans l’arrière pays gardois, c’était magnifique et apaisant. On peut le considérer comme un outil de cardio planté sur l’eau et s’entrainer. Parfait pour garder la « caisse » et faire du gainage. Les surfers en font dans les vagues.

Enfin, il y a ceux qui vont au large. Il faut être prêt mais le jeu en vaut la chandelle. La preuve en image. Le stand up paddle devient alors l’esquif le plus épuré pour « prendre le large ». La glisse élémentaire, la glisse « populaire » au sens noble du terme…

A lire aussi : un surfer dans la peau d’un marin