Les court-métrages sur les nouvelles tendances de la moto, l’esprit garage et les « ateliers » se multiplient. En règle général, la qualité est au rendez-vous mais on commence à voir le même type de séquence : la porte qui s’ouvre, le contre-jour, la pénombre, l’ambiance, les plans sur la meuleuse, le travelling sur le cadre et le moteur, la voix off et j’en passe.

The Glint a été tournée au 5D Mark III (en RAW sous Magic Lantern) et sans budget pour Comete Motocycle. Mais avec un vrai fil conducteur et un bel oeil derrière le boitier. Mathieu Maury à la réalisation et Lise Beuve font une proposition :  c’est l’énergie, la passion, l’envie qui sont derrière tout ça. Au travers de ce film, ils montrent aussi un très belle idée de la moto et la liberté qui va avec.

Nous rejoignons Mathieu et Lise, c’est la volonté de créer, le besoin de fabriquer du « beau », le « désir » qui pousse des mécaniciens, des peintres, des stylistes, des graphistes, des photographes ou des shapers à se saisir d’outils, de métal, de fibre ou de tissus, de pinceaux et des feuilles blanches pour aboutir à quelque chose dont ils seront fiers.

Les cultures qui nous intéressent ici sont le plus souvent associées au sport, où éventuellement au « style de vie » pour la moto. Ce sont pourtant et surtout des espaces où la créativité tourne à plein régime et c’est en ce sens où nous désirons les explorer. Nous reviendrons sur ce qui se passe depuis quelques années dans la moto, nous avions déjà abordé le sujet, mais ça mérite un post supplémentaire concernant ce qui gravite autour, notamment coté mode et accessoires.