Åre est située au centre de la Suède et est l’une des plus importantes stations scandinaves peut-on lire sur le site www.skiinfo.fr. Elle est composée de 5 secteurs pour un total de 40 remontées et 97 pistes. Le village se trouve à 372 m d’altitude. Le domaine skiable s’étire entre le village et le sommet d’Åreskutan (1420 m). Pour une station de ski française, c’est très bas, mais n’oublions pas que nous sommes en Suède. Mais ce qui nous intéresse aujourd’hui n’est pas la neige, mais la pente….

Åre est une station qui semble très active sur le front du mountain bike, le vélo de montagne, le vélo tout-terrain, le VTT si vous préférerez. Et les suédois viennent de produire cette très belle vidéo.

C’est une réussite. Non seulement les plans aériens sont superbes mais qui ils permettent de se faire une idée assez précise de ce que peut proposer la station :  la qualité et la topographie des pistes, tout du moins de celle que l’on voit le plus. C’est beau, technique mais assez roulant, ça donne envie, clairement, d’y être. Il donne une image très séduisante de la station d’Are, un rapide AR sur le net montre ensuite que le VTT y est très bien implanté. Les nouvelles tendances du VTT commencent à être prises au sérieux par les professionnels du tourisme en montagne, même si le CA généré n’est pas comparable à l’hiver. Ce n’est que le début et d’autres facteurs sont à prendre en ligne de compte. Que feront les stations de moyennes montagnes si les aléas climatiques raccourcissent les saisons ? Comment attirer une nouvelle clientèle l’été ?

Le titre « Easy Rider » n’est peut-être pas anodin. Il y a beaucoup de pilotes de VTT qui cherchent des pistes engagées, mais la tentation des « shapers », ceux qui réalisent les pistes, est souvent d’aller vers l’élitisme. C’est bien mais risqué. Certaines noires de Châtel font sa réputation mais c’est vraiment tendu. Comprenez exclusif. Même dangereux. La station des Gets, voisine, a sans doute une offre plus ludique.

Au delà, cette vidéo est intéressante dans la mesure où elle donne une « belle » vision de que qu’est la descente (DH) en VTT car si les vidéos style Rampage ou « Where the trail ends » nous font rêver et font d’énormes scores d’audience sur le net (16 millions de vues pour le back look de Mac Gary) elles en donnent une vision trop radicale, tout comme la Coupe du Monde de DH, (à suivre sur RedBull.tv). Ceci étant dit, c’est normal, nous sommes dans le cadre du très haut niveau. Mais la DH pour le pilote « moyen » est très bien matérialisée dans cette vidéo.

Contrairement à une idée répandue, ceux qui font aujourd’hui de la DH, du freeride ou de l’Enduro ne sont pas majoritairement des 15/25 isolés, car le matériel est trop cher. Il y a beaucoup de riders dans la tranche 25/35 et pour tout dire, de nombreux passionnés au tempes grisonnantes; franchement dans la tranche 35/45 voire plus. Donc en partie des CSP+ qui viennent en station en famille…. Il ne faut passer beaucoup de temps à Orcières, Par Loup, Les Orres, les 2 Alpes, Les Gets, Morzine pour le constater, tout comme pour comprendre que nos montagnes attirent là aussi beaucoup d’étrangers. Matière à réflexion pour les offices du tourisme. A votre avis, pourquoi Are et d’autres stations (en France, en Italie, en Ecosse, aux Etats-Unis, au Canada, en Nouvelle Zélande) investissent dans des pistes et réalisent des vidéos comme celle-là ?

Oui, le VTT est un phénomène pour ne pas dire un marché mondial, et les nouvelles tendances du VTT sont autant d’opportunités économiques. En montagne, mais aussi en région et à sur ce plan là, la France à un territoire de rêve…

Archives codezero. Billet initialement publié le 18 juin dernier et qui complète très bien le billet précédent.