Plus qu’une rediffusion, c’est un peu la réécriture d’un billet rédigé initialement en Novembre dernier et qui s’intitulait « Les jeunes femmes et la mer ». Le titre était un clin d’oeil au livre de Yannis Ritsos, Les vieille femmes et la mer, qui aborde ce qu’était le destin des femmes autrefois et dont voici le pitch :

« Au crépuscule, non loin du port de pêche, sept vieilles femmes se souviennent : le départ des navires, les secrets de la maison vide du marin, les tempêtes, les naufrages… Ouvrières dociles de la vie, elles racontent et conjurent un destin imposé par le règne de la mer. Après des années où humblement elles ont gardé les yeux baissés, elles défient le vent et parlent, emplissant l’espace de la vie passée. Cet hommage aux vieilles femmes de la Grèce, Cassandres s’adressant à leurs descendantes et annonçant comme l’oracle les risques de l’orgueil et de l’ignorance, est un doux rappel à elles-mêmes et à tout ce qu’elles savent sans jamais l’avoir appris. »

Il y a encore des femmes dans le monde qui attendent les hommes partis en mer, il y en a d’autres dont le destin est moins « tragique » et qui disposent de cette chance inouïe, celle de pouvoir s’approprier la mer d’une façon plus personnelle, plus hédoniste.

Ce film sorti en 2012 est superbe car voulu et tourné par des femmes pour des femmes. Il est plus léger, moins élitiste que ce que font en général leurs homologues masculins. Les femmes sont moins dans la posture, elles n’ont pas forcément « besoin » de démontrer systématiquement leur potentiel, leur « performance » et c’est ce qui fait tout le sel de ces séquences décalées tirées du film Azul.

Les temps changent. Les nouveaux gens de mer sont aussi des femmes… Elle sont l’exemple parfait de l’évolution de la façon de s’approprier la mer. Florence Arthaud, Isabelle Authissier, Helen Mac Arthur ou l’équipage de SCA emmené par la pétillante Samantha Davies en sont les exemples pour ce qui est de la voile, sachant qu’aujourd’hui les femmes sont présentes en surf, l’étaient et le sont toujours en windsurf, prennent aussi leur place en kitesurf ou en stand up paddle .  Qui pourrait s’en plaindre ?

email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *