A quoi ressemblera le voilier du futur ? La question en elle-même n’est pas suffisante.

En effet, les voiliers du futur existent déjà. Ce sont des foilers, ces bateaux qui « volent » au dessus de l’eau grâce à des appendices qui les soulèvent. Certains sont encore propulsés par des voiles traditionnelles comme les GC 32 ou les Xtrem 40, d’autres par des ailes rigides, répliques d’ailes d’avion. Ce sont les AC 45 de la Coupe de l’America par exemple

Le kiteboat de Don Montague est un autre exemple de cette hypermodernité vélique produite par les ingénieurs. Nous en avons longuement dans le sujet « Du monocoque, ce sublime fossile au foiler tracté par un kite« , nous avons également relaté l’extraordinaire trajectoire de Don Montague dans le post « Du kitesurf à l’énergie renouvelable, de Naish à Google« . La particularité du Kiteboat Project est d’être tracté par une aile de kitesurf et d’avoir beaucoup de moyen de développement puisqu’en coulisse il y a le géant Google.

Don Montague va s’attaquer au record de la traversée San Fransisco-Hawaii dont rêvait Alain Thébault avec l’Hydroptère. A noter que Don Montague était à bord lors de la tentative ratée, la dernière navigation de l’oiseau blanc français. Larry Elison, CEO d’Oracle, s’était lui aussi élancé sur le parcours qui est donc plus que symbolique pour les marins américains. Dans cette vidéo, on plonge rapidement au coeur de la base Kiteboat, un nouvelle coque de 50 pied est en préparation pour l’occasion.

La voile de compétition est en pleine effervescence, en pleine créativité, en complet renouveau. C’est passionnant mais très élitiste. Tout ceci aura un impact sur l’image de la voile elle-même et sur la pratique. Comment ira t-on en mer en 2030 est toujours une question d’actualité… D’ailleurs le kitetender de Peter Renssen est un petit Kiteboat accessible. La modernité est déjà là. A votre portée d’autant que le kitetender est un jouet qui semble assez accessible.

Reste à mesurer quelles seront les « retombées » de tout ceci.

  • Qui voudra davantage de performance, qui voudra plus d’engagement, plus de sensations,
  • quel type d’offres faudra développer en école de voile ou ailleurs pour attirer de nouveaux passionnés.
  • Ces engins fabuleux mais plus techniques à utiliser répondront-ils à la demande ou seront ils seulement utilisés par une élite ?

Par ailleurs, que faudra t-il faire pour conforter tous ceux qui attendent autre chose de la voile. Le parallèle avec la moto peut être intéressant. Les nouvelles tendances de la moto privilégient le style et tournent le dos à des années d’hyper-performance…

Une seule certitude, il faudra être audacieux, inventif et à l’écoute du client plus que de la mode en cours…

email
Tagged with →  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *