APTOPIX Japan Freestyle Skiing World Championships

La France va vraiment découvrir le skicross aujourd’hui, jour faste, où trois français se sont regroupés sur le podium des J.O de Sotchi, raflant l’or, l’argent et le bronze, du jamais vu et tout simplement réjouissant et génial. Retenez leurs noms : Jean-Frédéric Chapuis (or), Arnaud Bovolenta (argent) et Jonathan Midol (bronze)

Le skicross est un discipline emblématique d’un certain état d’esprit, une épreuve moderne et hybride, à cheval entre le sport traditionnel (course/chrono/résultat) et les sports alternatifs pour son coté sauvage, débridé et spectaculaire.

Le ski cross est né aux Etats-Unis en 1997. Ce n’est pas une coïncidence, les américains aiment les sports spectaculaires, les sports de contact, le sport spectacle, et sont moins sensibles à la sacro-sainte «  tradition  » qui nous plombe un peu de ce coté de l’atlantique. Le skicross inspiré du moto-cross et plus précisément du supercross, était donc voué à se développer là-bas. Cette discipline taillée sur mesure pour les X-Games a fait naturellement partie de l’épreuve phare organisée par ESPN qui l’a finalement supprimé en 2012, à la grande surprise des riders et sans que les raisons exactes soient vraiment invoquées. On a parlé à l’époque de raisons budgétaires. Enak Gavaggio est le skieur (français) le plus médaillé de l’histoire des X Games avec en skicross l’or en 1999, le bronze en 2001, 2002, 2003, 2005 et 2007. N’oublions Xavier De Le Rue en snowboard qui a dominé pendant plusieurs années le boardercross, l’équivalent en surf des neiges.

« Si j’étais encore coureur, je serais fou de rage !, estimait alors Enak Gavaggio dans les colonnes de Skipass.com. Mes médailles aux XGames ont été très importantes pour ma carrière, 5 victoires en Coupe du Monde FIS ne valaient pas une seule médaille d’or aux X ! J’ai basé ma carrière sur les X-Games et le circuit US, je me moquais de la Coupe du Monde.  Je n’ai pas bien compris les tenants et les aboutissants de la décision de supprimer cette discipline, j’imagine qu’elle a été prise pour des raisons financières. Et puis je me dis que c’est une suite logique : le skicross étant devenu olympique, il a moins de raison d’être aux Xgames. »

Encore une fois, on touche à l’ambiguité entre le sport traditionnelle et les nouvelles tendances.