Archives Code Zero, catégorie Innovation. Initialement publié le 23 septembre 2014.

C’est en octobre 1984 que Bruno et Dominique Legaignoux fabriquent leur premier cerf-volant gonflable dans le but de naviguer avec. Ils font des essais avec des planches de surf mais le kite ne redécolle pas facilement, ils optent rapidement pour des skis nautiques. Malgré tout convaincus d’avoir eu la bonne idée, ils déposent un brevet le 16 novembre 1984 et participent l’année suivante à la semaine de vitesse de Brest. Le kitesurf va s’affirmer comme une vraie révolution mais il faudra attendre plus de quinze ans.

La première maquette du projet Hydroptère, une maquette au tiers, navigue pour la première fois en 1987. Nombreux sont ceux qui ont rêvé, parfois trop tôt mais le voilier  qui vole, imaginé par Eric Tabarly, va devenir une réalité même si le parcours sera long et difficile. Le premier vol du « vrai » Hydoptère ne sera une réalité que le 1 octobre 1994. Si ce bel oiseau fera rêver tout le monde, il n’inscrira, en devenant un moment le bateau le plus rapide du monde,  son nom sur les tablettes du WSSRC (ce qui n’était pas l’objectif de départ) qu’en 2007. Il sera détrôné plus tard mais qu’importe.

En 2013, les AC 72 de l’America Cup changent définitivement la physionomie de la voile (et sa perception par un nouveau public) en associant foil et propulsion par aile rigide. Les millions de dollars de la Cup ont donné un air de Formule 1 à l’aboutissement vélique. La finale se déroule à 40 noeuds, c’est comme une course de voiture, ça en a d’ailleurs les couleurs. La voile a changé de siècle mais le progrès technique ne va pas en rester là.

Le 26 juillet juillet dernier je publiais le post « Modernité et voile, Du monocoque, ce sublime fossile, au foiler tracté par un kite » avec cette fabuleuse vidéo du projet kiteboat emmené par Don Montague. Il n’est plus question d’aile rigide mais d’une aile de kite comme mode de propulsion. Adieu la gîte. Quelques semaines plus tard, je me risquais à une sorte d’antithèse, en rédigeant « L’avenir de la voile n’est pas forcément dans le foil« , pour les raisons de simplicité d’accès, de facilité d’utilisation et de budget, il m’a semblé qu’il ne fallait pas perdre de vue la réalité de tout un chacun.

Ceci étant dit, l’association foil et kitesurf est désormais une vraie réalité. Le projet Ntfm associe lui aussi catamaran monté sur foil (conçu par Seb Schmidt déjà connu pour Mirabeau LX) et propulsion par kite (Gin Kites). L’avenir de la voile est en marche. Il aura fallu 30 ans pour que les visions d’une poignée d’hommes, français en l’occurrence, reprisent au vol par d’autres personnalités inventives, se rejoignent pour révolutionner la navigation à l’aide du vent.

*Une pensée pour Bernard Smith, autre grand visionnaire de la voile

 

email

One Response to Le futur de la voile a été inventé en France, il y a 30 ans.

  1. […] C'est en octobre 1984 que Bruno et Dominique Legaignoux fabriquent leur premier cerf-volant gonflable dans le but de naviguer avec. Ils font des essais avec des planches de surf mais le kite ne red…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *