L’histoire du surf s’est majoritairement écrite sous des latitudes très favorables mais les européens apprennent à assumer leurs vagues et leur culture, forcément divergente de l’exemple polynésien. Les réalisateurs et autres fabricants d’images usent alors d’un autre imaginaire, développent d’autres récits. Explorent dans de nouvelles directions.

Les anglais de Finisterre ont intelligemment décrété le surf en eau froide un argument identitaire, la base de leur story-telling et un atout marketing, le Nixon Challenge s’est déroulé au Kamtchatka et Artic Challenge, un des films marquants de 2014 a été tourné dans le blizzard norvégien.

Il n’est pas forcément évident d’imaginer que les voyageurs se lanceront vers les températures négatives avec autant d’entrain qu’ils partent encore sous les tropiques mais pour une partie d’entre eux, les choses pourraient changer. Ceux qui pratiquent les sports outdoor sont souvent à la recherche d’immersion dans la nature et d’un certain degré d’isolement. Dans les années à venir, cette solitude ne se trouvera t-elle que dans des lieux plus exigents, plus sélectifs que les destinations de tourisme de masse. Peut-être le froid sera t-il la nouvelle vraie aventure, le nouveau moyen de se différencier, on peut compter sur ces destinations pour promouvoir intelligemment leurs atouts.

Ce film a également été tourné en Norvège. Il est magnifique, ce n’est pas une fiction. On aurait pu s’attendre a du ski ou du snowboard mais il s’agit bien d’outdoor en stand up paddle. Le SUP n’a peut être pas fini de nous surprendre… Le tourisme de demain est à inventer.