Equiper un bateau de foils pour échapper aux frottements de l’eau sur la coque, diminuant ainsi drastiquement la trainée, augmentant par conséquent le rendement et ouvrant la porte à des vitesses jusque là impossibles, n’est pas une idée nouvelle. Elle a même existé bien avant l’Hydroptère qui pourtant restera comme « le » voilier qui a matérialisé de la plus belle façon ce rêve. Depuis, il y a eu les petits Moths, puis les immenses catamarans futuristes de la dernière coupe de l’America qui de plus bénéficiaient de l’aile rigide en lieu et place des voiles certes très sophistiquées, mais à la conception « traditionnelle ».

Du Moths aux géants, du plus petit au plus grand et d’autres initiatives apparaissent comme le Flying Phantom. C’est passionnant mais si le foil révolutionne la pratique de la voile et pourrait être le paramètre qui fasse que davantage de jeunes se passionnent pour la chose vélique en s’apercevant qu’on a enfin inventé un truc plus excitant que le Laser, pourquoi pas, attention tout de même, le foil posera deux problèmes en termes d’accès. Le prix et la complexité d’utilisation. Tout le monde a rendu hommage à Hobie Alter récemment mais beaucoup ont oublié que le succès de son petit catamaran de sport était avant tout du à la simplicité d’utilisation et au prix.

Revenons au foil. Horue est une petite société, je serai tenté de dire une start up, basée dans le sud de la France. Elle conçoit et produit des foils pour les planches de kite et les planches de windsurf. Il y a aussi des vrais pionniers inventifs chez les passionnés de glisse qui réussissent à imaginer le futur avec des petits moyens mais beaucoup d’enthousiasme , je pense notamment à Bruno André sur qui je reviendrai prochainement.

Non seulement Horue innove en foil mais ils se bougent aussi dans la bonne direction en termes de communication et surtout de vidéo. J’aime beaucoup l’esprit de ce film et vous devriez apprécier également. Le foil bénéficie d’un très gros potentiel de séduction chez les kiteboarders qui sont à la recherche d’un autre mode de pratique que le freestyle qui a tenu lieu de standard pendant des années, un peu trop même. L’apparition de la tendance strapless a déjà permis à de nombreux riders de naviguer « autrement », moins en puissance, et de s’aventurer avec un autre état d’esprit dans les vagues. Le foil, bien que très technique, pourrait être un important axe de développement (et de sensations) dans le futur, d’autant que certains concepteurs avisés, cherchent depuis peu, non pas à améliorer uniquement la performance absolue, mais bien l’accessibilité. C’est une information codezero, mais il est fort possible que dans un proche avenir, on voit apparaître des foils plus faciles à maîtriser et moins chers également. Le kitefoil pourrait alors se démocratiser. Toute proportion gardée évidemment