La fameuse caméra GoPro a été inventée par un surfer californien. Depuis, ce petit oeil électronique nous projette dans tous les univers même les plus extrêmes. Grâce à la GoPro (et d’autres marques) nous avons connu l’ivresse du base jump, du ski freeride extrême, de la descente en VTT sur la A Line de Whistler avec Brian Lopez, et évidemment, nous pouvons également, presque chaque semaine « savoir ce que ça fait » de prendre un tube en surf.

Sauf que tout le monde sait parfaitement que le surf est un des sports les plus difficiles et qu’avant de prendre un tube – extase que beaucoup de surfers ne connaissent jamais vraiment – on passe par des grands moments de … solitude. Ceci étant dit, c’est sans aucun doute ce sentiment d’avoir dépasser ce type de difficulté, d’avoir survécu à « ça » qui fait tout le plaisir de se sentir un jour « surfer ».

Si vous voulez vraiment vous imprégner de ce que ressent notre homme, Taz Knight qui passe un sale quart d’heure, agitez les jambes et les bras en retenant votre respiration chaque fois que la caméra est sous l’eau. Ajoutez aussi ce sentiment qui fausse encore la donne et contribue à dépenser un peu plus d’oxygène : à chaque fois que vous êtes sous l’eau, vous savez qu’à peine ressorti, vous n’aurez que quelques secondes pour respirer avant d’en prendre « une autre » sur la tête. Que chaque vague vous fait reculer dans la zone d’impact, que nager dans la mousse est très difficile et qu’à mesure que vous vous essoufflez, la peur augmente et l’effort suivant pour remonter dans la zone plus calme, c’est à dire là où les vagues ne déferlent pas encore, devient un enfer… Ecoutez bien le souffle de votre nouvel ami…

Taz Knight était à Todo Santos, une grosse vague réputée pour sa solide constitution. Il annonce une hauteur de 25 pieds soit 8 mètres. Les surfers exagèrent toujours la taille des vagues qu’ils prennent. Surtout lorsque c’est sur la tête…

Ca y est, vous êtes un surfer….