La question était de savoir en janvier (2014) si les nouvelles tendances de la moto pouvaient influencer la mode. Nous faisions référence à des marques comme Deus Ex Machina ou Iron & Resin, dont l’image est pour l’instant confidentielle (au moins pour la France), limitée sans doute à ceux qui s’intéressent aux nouvelles tendances de la moto, le style néo-rétro, le vintage, bref les lecteurs de Café Racer, Moto Heroes ou Freeway pour ne citer qu’eux.

japan-rags-jeanerationLe post était illustré par un très beau clip mais très décalé. Etait écrit : « Iron & Resin met en scène des passionnés qui roulent sur des vielles motos customisées, clairement dans le style vintage, ou tout simplement sur de vieilles motos tout court. Les personnages qui apparaissent à l’écran ne sont pas des modèles professionnels, les poses ne sont pas étudiées ou elles veulent ne pas en avoir l’air, on est dans un registre « roots » pour ne pas dire brut de décoffrage. De même, pas d’éclairage cinéma, pas de maquillage sophistiqué, pas de pose étudiée, pas de couleur saturée, bien au contraire. »

Et à la fin de ce post, nous émettions l’hypothèse suivante : « Quel sera l’avenir et l’impact des nombreuses marques qui se dessinent dans l’ombre des nouvelles tendances de la moto, mais on peut parier sur un succès grandissant au moins pour certaines. De même, leur façon de communiquer pourrait bien faire des adeptes… »

Dix huit mois plus tard, pas de réponse tranchée mais un début de piste…

Les femmes connaissent bien la marque « Le temps des Cerises ». « Crée dans le sud de la France par deux passionnés, Gil et Lylian Richardière (père et fils), Le Temps des Cerises est aujourd’hui une marque de jeans en pleine expansion. En véritables antiquaires de la toile bleue, Gil et Lylian puisent leur inspiration dans la culture de la fripe et de la mode vintage. L’origine de cette passion remonte aux années 80, à l’époque où Gil Richardière exploite une fripe au style très américain, la boutique Propagande installée à Marseille en France. Le Temps des Cerises se décline en version homme sous l’empreinte. Japan Rags, et en version enfants avec ses petites sœurs Le Temps des Cerises junior et Japan Rags. » voilà ce que dit leur site internet.

Japan Rags, qui est présent en publicité dans la nouvelle formule du magazine « LUI », a également fait réaliser une vidéo dans laquelle la moto a une place prépondérante. Ce n’est pas l’axe identitaire de leur communication, mais c’est un clip, très « garage », tout à fait dans la ligne des nouvelles tendances de la moto dont on parle ici-même.

Le parallèle entre l’atelier de confection et l’atelier moto est suggéré dans le récit tout comme le mot « machine » n’est pas utilisé sans arrière pensée. Au final, le travail sur les jeans est comparé à la préparation d’un custom vintage. Sur le plan du transfert des valeurs, c’est assez bien joué, je trouve. Si une marque comme Le temps des Cerises, joue aussi la carte moto vintage, il est probable que c’est parce que le boss ou son fils ont un goût avéré pour cette culture, mais si ils utilisent aussi celà dans leur com’, c’est que le phénomène n’est déjà plus si marginal….

Sahara-Ray-by-Henrik-Purienne-for-Lui-Magazine-1

Et puisque nous avons parle du magazine LUI et de culture moto, voici une photo extraite du shooting mode – mais aucun lien avec la marque JapanRAGS – réalisé par Henrik Purienne, avec Sahara Ray, qui soit dit en passant est la fille d’une ex surfer pro australien.

Elle est mise en scène sur une Husqvarna des années 70. Autre preuve que les bikes old school sont à la mode en ce moment. Ces motos suédoises ne sont pas aussi cotées ou connues que les vieilles Triumph Scrambler, elles sont tout de même en bonne place au panthéon des motos ayant un supplément d’âme. Steve Mac Queen, le king of cool, s’est souvent montré au guidon d’une Husky. Mais aussi d’une Scrambler….

email

3 Responses to Japan Rags mise aussi sur la contre-culture moto

  1. […] Je me demandais en janvier dernier si les nouvelles tendances de la moto pouvaient influencer la mode. Je faisais référence à des marques comme Deus Ex Machina ou Iron & Resin, dont l'image est…  […]

  2. Tout les comment’s sont très justes, mais le temps n’est plus à énumérer les « marques » il est à donner une reconnaissance juste, valable, réfléchie aux artisans et PME, qui tout en suivant un courant, en profitent à juste titre. Il serait trop facile et injuste de simplement suivre une tendance à coup d investissements et de copier’coller, de polluer un phénomène sociétal autocrate. N oublions pas que le fait de donner une âme à un objet quotidien, dans la mode ou autre ne peut se faire que par sensibilocréativité. Ce qui n’est pas possible en industrie de masse. Une âme, une signature, une possibilité d’évolution, pour les passionnés, pas pour les financiers. Soyez sur que ce post fait partie d’un projet qui vous touche chers collègues. Un contact avec codezero Matthieu et d’autres permettrait d’avancer dans le bon sens, vous en dirais plus lors d’un post plus « claquant » à bientôt.Mark

  3. Thierry dit :

    On attend des tes news. :=)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *