En mars 2014, nous avions publié un billet intitulé « C’est l’heure de la culture maritime post-moderne » à la suite de la sortie du trailer du documentaire « The Young, the old and the sea » qui abordait ce que nous pensons être une nouvelle forme de rapport à la mer, celui qu’entretiennent les surfers, les windsurfers, les kiteboarders, entre autres.

Nous n’avons cessé de traiter depuis le sujet sous divers angles. Nous vous invitons d’ailleurs à lire « Comment ira t-on en mer en 2030« .

I love the Seaside est un projet éditorial, un guide de voyage pour tout dire, mené parAlexandra Gossink, devenu réalité grâce à un crowdfunding bien mené et qui aborde précisément le sujet, et qui montre également que l’intérêt des « riders » va plus loin que le lineup, lieu où déroule les vagues. D’ailleurs Konbini vient d’en parler.

I love the seaside est centré sur l’Europe et d’une certaine manière traite de la culture européenne du surf, et de la glisse en général. Sujet qui nous tient également à coeur. Oui, la culture européenne et le surf sont compatibles