Archives codezero. Billet initialement publié le 16 mai 2014.

On bascule coté contre-culture sur roues avec deux vidéos complètement différentes mais dont le point commun est sur toutes les lèvres depuis des années, la « communauté ».

L’émergence des réseaux sociaux a donné une nouvelle résonance à la notion de communauté, mais les spécialistes du marketing reviennent un peu sur terre. « Vous n’avez pas de “communauté de marque” ni de “fan” dit Grégory Pouy. « Il s’agit uniquement d’une terminologie utilisée par Facebook pour donner envie aux marketers (en flattant leur ego) mais une communauté est constituée de personnes qui se réunissent autour de valeurs fortes. »

Tout comme la glisse ou l’outdoor, la « custom culture » réunit beaucoup de passionnés qui ont effectivement des valeurs fortes en commun. Une certaine idée de l’engin sur lequel ils veulent rouler, une bonne dose d’anti-conformisme et un goût immodéré pour la liberté.  La Californie est sans doute le premier point commun entre le surf, le skate, la musique, et la custom culture, ce terme qui réunit les fans de Hot-Rod, de muscle car ou de motos faites sur mesure. Aux USA mais aussi en Europe, l’émergence d’une sorte de nouvelle « contre-culture » moto est même, ce n’est plus un sentiment mais une réalité, « LA » nouvelle tendance la plus intéressante en terme de style et de créativité. Des marques comme BMW avec la NineT, Ducati avec la Scrambler ou Yamaha avec le programme Yardbuilt ont su en tirer parti, des marques de mode s’en inspirent.

A ce jeu, les gens de Deus Ex Machina sont très forts. Leur Swap Meet ciblé vieux vynils et appareils photos « vintage » fait envie. Idem pour le film sur NCB Hot Rods an Bike.