Le kitesurf est peut-être la plus belle façon que l’homme ait jamais trouvé pour aller sur l’eau. En tout cas la plus épurée, la plus symbolique. Cette petite lune captive, magique et poétique s’agite et produit du mouvement. Les kiteboarders dansent sur l’eau, debout et presque en apesanteur sur la plus petite embarcation jamais imaginée. Le kitesurf est une sorte d’aboutissement, le lien minimaliste entre le vent et l’eau

Avec l’avénement du foil, on passe une étape supplémentaire et l’hawaïen Greg Drexler est sans doute un de ceux qui va le plus loin dans le dépouillement.

Ce qui rend ce film si particulier, si étonnant, c’est l’aisance avec laquelle Drexler et son acolyte jouent avec le vent et évoluent, pieds nus sur leur planche en suspension au-dessus de l’eau, le meilleur de la technologie aboutissant à une forme de simplicité idéale.

Il est amusant de remarquer que les voiliers se sont emparés du foil pour passer à un autre niveau de performance. Il y a eu l’Hydroptère puis la Coupe de l’America. La voile est aujourd’hui plus passionnante, plus rapide, mais aussi plus brutale et plus risquée. Les marins d’hier sont devenus des pilotes, casqués, portant des gilets de protection.

L’idée n’est ni de comparer, ni de juger mais ce que propose Drexler est aux antipodes.

Le foil révolutionne la façon de naviguer. Il est encore très élitiste mais on peut penser que l’évolution de la technique et de la pratique le rendra plus accessible ou moins inaccessible…. Dans quelle mesure, bien malin celui qui peut le dire aujourd’hui. Une chose est sûre, plus que son matériel spécifique (une aile sans latte) et un foil comparable aux autres, ce que Greg Drexler nous donne à voir du kitefoil est terriblement séduisant.

A lire également : Comment ira t-on en mer en 2030 ?