• Ete 2015. La presse locale, nationale et économique se fait l’écho d’un projet très contesté de Pierre & Vacances. La société veut en effet implanter un grand parc de loisirs avec serre tropicale au cœur d’un petit village de Jura.
  • Le projet, qui prévoit mille cottages avec bulle tropicale chauffée toute l’année à 29 degrés Celsius dans une région connue pour son climat très rude, le tout sur deux cents hectares au cœur de la forêt de Chambaran, fait l’objet d’une vive contestation
  • Budget : 170 millions d’euros, financé à hauteur de 88 millions d’euros par le Jura, selon l’association le Pic noir. Ce sont bien les collectivités qui doivent amener aux portes du centre les réseaux tels que l’eau potable, l’électricité, le téléphone, la fibre optique et les routes peut-on lire sur le site Politis.
  • Les risques de pollution, les besoins considérables en eau, sont aussi pointés su doigt. Bien évidemment, on ne peut pas nier les avantages économiques pour la région mais à quel prix. Notre propos ici n’est pas d’apporter un jugement sur ce dossier précis mais de s’en servir pour mettre en lumière d’autres types d’activité.

Ce qui se passe actuellement en montagne, mais l’évolution du marché du nautisme également (la question « que seront les ports de plaisance dans vingt ans » s’annonce cruciale), pose la question de la justesse de projet très lourd en termes d’investissement et surtout d’impact environnemental. Jusqu’à présent, tout était sacrifié sur l’autel du développement économique et de la création d’emploi. Le plan neige (1961) et la mission racine (1963) en sont de parfaits exemples. Le versant économique est indéniable, les cicatrices sont lourdes également. On s’aperçoit aujourd’hui qu’il est peut-être le temps de miser sur des projets plus équitables. Le développement économique, oui mais pas à n’importe quel prix.

Le projet de l’Evo Bike Park à Dignes, n’est évidemment en rien comparable à celui du Center Park de Robion en Isère. C’est un « petit » projet, il ne créera pas une activité économique équivalente, mais son impact environnemental sera sans comparaison non plus. A court, moyen et long terme. Que veut-on réellement à l’avenir ? Organiser la #COP21, mais transporter de la neige par hélicoptère et continuer à miser sur des projets aberrants. Il semble que ce ne soit plus acceptable.

A l’heure où l’on parle d’un tourisme plus « doux », il est peut-être utile d’en parler et de mieux considérer ce type d’initiative, plus #raisonnable, plus #équitable. Nous vous invitons à regarder cette vidéo et à lire le sujet que l’excellent magazine en ligne de VTT, Vojo, vient de publier. Dès aujourd’hui, le buzz sur la toile est conséquent, cinq mois avant l’ouverture et les sites spécialisés européens en parlent déjà.

Si vous souhaitez avoir une idée plus complète des nouvelles tendances du VTT et des possibilités qu’elles offrent aujourd’hui en matière de tourisme notamment, cliquez ici

email

One Response to Evo Bike Park à Dignes : un exemple du tourisme de demain

  1. […] Ete 2015. La presse locale, nationale et économique se fait l’écho d’un projet très contesté de Pierre & Vacances. La société veut en effet implanter un grand parc de loisirs avec s…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *