La société a longtemps laissé un rôle mineur aux femmes, c’est encore vrai dans de nombreux domaines, il en va de même en sport même si dans les sociétés occidentales les choses avancent à grand pas. Il n’en demeure pas moins que les stéréotypes ont la vie dure, nous aimons souvent rappeler ce sujet « The menace of Surfing’s Stereoptypes » paru dans le Guardian, sous la plume de Cory Schumacher et qui met en exergue ce sujet. Aux hommes, le rôle de guerrier qui met en jeu sa vie, aux femmes le rôle du…. repos du guerrier… difficile de faire plus primaire dans l’absolu.

C’est la raison pour laquelle cette aventure dans laquelle la snowboardeuse Aline Bock et la freeskieuse Lena Stoffel partent en Norvège, dans les îles Lofoten pour être plus précis, pour skier et surfer nous apparait très « sympathique ». On se passe donc des stéréotypes et c’est très bien.

L’aventure, la vraie, est souvent synonyme de dureté, de conditions rudes, d’affrontement, valeurs très souvent associées à l’univers masculin. Les femmes étant censées fuir ce genre de challenge. Deuxième élément, même si les hommes ne sauraient s’en plaindre, le marketing se saisit beaucoup plus facilement des femmes lorsqu’elles sont en bikini. On en revient au problème décrit dans le Guardian et malheureusement l’univers des sports de glisse n’y échappe pas à quelques rares exceptions près.

Way North raconte donc une histoire de femmes qui vont surfer au nord, dans le froid et en combinaisons intégrales et c’est en cela qu’il est au strict sens du terme « remarquable ».