Peu de sports sont aussi étroitement liés à la nature que le surf, ce qui rend les surfers implicitement concernés par la protection de l’environnement. Mais la réalité est un peu plus nuancée. Ceux qui tutoient les vagues ont ignoré pendant des années que les matériaux et les techniques mis en œuvre pour la fabrication de leurs planches ou de leurs combinaisons étaient très néfastes pour l’environnement. Aujourd’hui, avec 20 millions de surfeurs estimés dans le monde, 400.000 planches et 6 millions de barres de paraffines, la fameuse wax que les surfeurs étalent sur leur planche pour ne pas glisser, consommées chaque année et les 250 tonnes de néoprène pour les combinaisons, le surf commence tout juste à faire son autocritique. On voit apparaître des initiatives intéressantes en termes de matériaux. Celle)-ci est un peu anecdotique mais elle nous a semblé intéressante car elle lie un art et une véritable culture – la charpenterie et l’ébenisterie – que l’on retrouve dans l’histoire du bateau et de la mer.

« Romain et Bryan était en woofing en Australie » chez un loco (nourri-logé en échange de quelques heures de boulot) dans les environs de Noosa Heads en plein milieu de la jungle. Munis de leurs shortboards ils sillonnaient tous les weekends les spots du coin mais le swell était que très rarement au rdv. Les longboarders les narguaient en prenant toutes les vagues. N’ayant pas les moyen d’acheter un fish ou un longboard pour profiter pleinement des conditions c’est à partir de là que la décision de fabriquer une board fut prise.

Ils étaient tous les deux menuisiers ébénistes, mais en manque de matière première : mais ça, c’était avant qu’ils s’aperçoivent qu’il y avait du bambou au fond du jardin. Tous les soirs, après leurs journées de travail pour la ferme, ils se sont lancés dans un boulot vraiment « titanesque ». Juste après la fin de la réalisation, ils ont malheureusement du partir dans les terres pour trouver un autre job et du coup ont manqué de temps de faire des images en condition convenable avec la planche terminé. On reparlera de la suite