Les marques de kitesurf ont rapidement compris la puissance du brand marketing même si leur façon de l’aborder n’est pas souvent très structurée sur le plan éditorial global (choix des infos, hiérarchie, utilisations des différents canaux de com’). Il y a notamment une vraie surreprésentation de la sphère « coureurs » et un grand décalage entre l’image « projetée » et la réalité du terrain. Certes, on sait que dans ce genre de sport, l’utilisateur lambda a toujours tendance a fantasmer son niveau réel,  qu’en outre le grand public restera peut-être toujours une vue de l’esprit. Avec une communication globalement freestyle, c’est pour l’instant certain…. et les esprits taquins diront qu’il est peut être préférable qu’il en soit ainsi. Revenons à nos moutons. Les marques ont cependant toutes en commun d’avoir bien saisi que leur identité, leur image et donc leur futurs succès passaient par l’image et ces dernières années, la vidéo.

Cette vidéo est propre à la sortie de la nouvelle aile Bandit. La spécificité de F.ONE a été de conserver le même modèle et de le faire évoluer patiemment. Cette Bandit est la 8 ème du nom, un cas quasiment unique sur un marché où les ailes sont renouvelées très régulièrement, presque chaque année il y a encore peu. La Bandit est la seule aile de la gamme – un choix très osé sur le plan commercial – mais qui s’est avéré payant. En comparaison, North, l’un des leaders si ce n’est le leader mondial, doit en avoir 6 différentes. Autre stratégie tout simplement, gestion de la production et des stock sans doute plus difficile. Ce film sur la Bandit 8, purement orienté « produit » comporte des explications très précises sur l’aile en elle-même, ses particularités et son comportement. F.ONE est réputée comme étant une marque technique, les qualités de metteur au point de Raphaël Salles (toujours au commande du R&D et inlassable testeur même le dimanche, même en plein hiver dans le sud de la France) sont connues. Une partie des riders sont à l’écoute de ce type de discours, mais comme dans tous les domaines, c’est aussi la « confiance » globale dans la marque, les essais sur le terrain, le bouche à oreille et enfin, les opportunités commerciales qui dictent les choix. Les marques investissent beaucoup sur les riders connus mais le feedback du terrain montre que cet impact est très relatif, sauf sur des modèles bien spécifiques qui souvent sont sur des niches.

En termes de communication globale, ce type de séquence vient compléter le film institutionnel que F.ONE sort une années sur deux. Un long métrage qui met en avant le plaisir du kite, le lifestyle mais qu’on le veuille ou non, surtout le haut niveau et la performance, beaucoup plus que l’aspect « aventure » ou « évasion » de ce type de sport. Ce n’est pas une critique mais un constat. F.ONE est une très rares des marques (avec Naish, North & Cabrinha) a pouvoir s’offrir des productions vidéos très ambitieuses, même si les structures plus petites peuvent tout à fait se faire une place au soleil avec des films plus modestes en budget mais réalisés avec talent. Depuis quelques années, F.ONE a fait un réel bond qualitatif en confiant la réalisation de ses films à Band-Originale, une « boite de prod » de Montpellier, qui a en outre à son actif d’autres clients prestigieux (Don Perignon, Dior, Eurosport, Red Bull…). Band-Originale a réalisé des films qualité « cinéma », tournés avec des caméras RED, bien avant qu’une telle exigence qualitatif vienne même à l’esprit des responsables marketing des marques de bateaux par exemple. Autre culture de l’image dira t-on. Avec ANTANDROY il y a trois ans, ou TE TAINUI cette année, les frenchys ont hissé la marque française à un niveau de notoriété comparable a ses illustres concurrents, et en vidéo au-dessus de la mêlée.

Pour info : F.ONE est un des marques majeures du kitesurf. Elle n’est pas la plus grosse en terme de CA mais elle est réputée et implantée au plan mondial, elle est en outre sans aucun doute, la plus importante marque française. Elle a été crée par Raphaël Salles, ancien coureur professionnel en windsurf (ex n° 3 mondial), elle est implantée dans la région de Montpellier, dans des superbes locaux, emploie aujourd’hui un peu plus de vingt personnes, elle s’est diversifiée depuis peu sur le marché prometteur du stand up paddle, a mis également un pied dans les « accessoires », comprenez les harnais et les bagages.