Les vidéos montrant du VTT de descente de manquent pas sur internet. La plus célèbre est sans doute celle de Kelly Mac Garry lors de l’édition 2013 de la Red Bull Rampage, à ce détail près, la « Rampage » n’est pas une compétition de descente mais une épreuve de freeride, ensuite elle donne à voir une forme de pratique très extrême.

Celle ci, tournée en Autriche, montre parfaitement à quelle type de pratique s’adonnent ceux qui vont en station pendant l’été. C’est  ça « faire de la descente ». On y voit notamment le gros travail d’aménagement des pistes et les passerelles qu’aiment les pilotes. Les deux riders ont bien sûr un excellent niveau mais on reste dans le raisonnable, c’est aussi ce qui est intéressant dans cette séquence. Si le VTT de descente nécessite engagement et technique, on peut en faire sans mettre forcément sa vie dans la balance, c’est certainement moins risqué que le scooter en ville, tout en permettant d’acquérir des vrais fondamentaux de pilotage.

En France comme à l’étranger (Suède, Andorre, Autriche, Nouvelle Zélande, USA, Canada), de nombreuses stations ont (enfin) compris le potentiel du VTT, même s’il n’est pas comparable aux ressources générées par les sports d’hiver. Mais la France a de nombreux atouts (arc alpin, Pyrénées, autres territoires) et les passionnés, français comme étrangers y sont sensibles. La preuve