Il est difficile de ne pas être au minium convaincu, si ce n’est enthousiaste lorsqu’on voit un kiteboarder, un petit Moth ou un catamaran se soulever sur ses foils. J’ai eu la chance de naviguer sur l’Hydroptère (un trimaran je précise) dès 2007 puis à plusieurs reprises ensuite,  je vous garanti que c’est i-nou-bli-a-ble.

Depuis la dernière édition de la Coupe de l’America, les partisans de cette architecture (le foil) sont évidemment de plus en plus nombreux à fortiori si la propulsion n’est plus confiée à des voiles traditionnelles mais à une aile rigide. J’ai juste objecté dans deux billets publiés ici-même (celui-ci et celui-là) que le développement grandissant de ce type de choix architectural n’allait sans doute pas dans le sens du grand public, alors même que la voile sera sans doute amenée à conquérir de nouveaux adeptes à l’avenir. Et pour cela, il faut de la simplicité d’accès, de la facilité de mise en oeuvre et un prix attractif. On peut cependant penser et espérer qu’en offrant une image plus rapide et plus moderne, la voile 2.0 séduira les plus jeunes pour qui le foil et pourquoi pas l’aile rigide ou l’aile de kite seront des technologies « natives ».

Juste après le nouveau post sur le kiteboat, voici donc une très belle séquence sur le foil en kitesurf. La pratique dans le vent très faible sera peut-être un moyen de développer la navigation dans une plage de vent dans lequel le kitesurf n’est pas dangereux. A condition de ne jamais faire tomber l’aile. En tout état de cause, c’est enthousiasmant. La voile de demain est là…